L’ebook, le livre sans odeur…

La livraison du lecteur connecté d’ebook Kindle d’ Amazon hors des Etats-Unis vers la France est possible depuis ce 19 octobre. En extrapolant ce qui s’est passé sur la marché du CD, les éditeurs y voient la mort à moyen terme de l’édition papier. Faut-il être aussi alarmiste ?

Le livre en tant « qu’objet » n’a en effet rien avoir avec un CD. Il y a une odeur, celle de l’encre et du papier, un plaisir du toucher, du « cornage » de page, bref, une vraie sensualité qu’un ouvrage dématérialisé n’atteindra jamais. C’est un peu comme baiser avec 3 capotes…

Faire tomber un livre dans le sable de la plage ou sur le carrelage, c’est pas grave; il est probable que le ibook ne survive pas au même traitement; et puis comment fera t-on pour frimer en posant sur la table basse du salon le dernier roman à la mode ? Dira t-on : je te prête mon livre, mais fais gaffe, la batterie est à plat ???

Plus sérieusement, quid des beaux livres d’images ? Des formats extraordinaires ? Non, le livre papier a encore de beaux jours devant lui. Voyons le ibook comme un canal complémentaire de diffusion et une autre source de profit; s’il suscite l’envie de lire, c’est déjà essentiel.

Les blogs n’ont pas tué la littérature; au contraire :  ils ont permis a de mauvais écrivains de se défouler sans encombrer les boites à lettre des éditeurs et les linéaires des libraires qui souffrent du manque de place !

kindle

7 comments on “L’ebook, le livre sans odeur…”

  1. Kikou

    Je ne suis absolument pas OK avec votre propos sur les livres électronics. L’écriture doit évoluer avec le web elle aussi. Franchement je suis ptdr xxl quand je vois des blogs sot disant tendance comme le votre écrire des choses pareils :(. Sincèrement c’est trop lol de voir ça.

    Dsl de lâcher un com pareil, mais c’est la vrité.

  2. Chers WE,

    Une réponse en 3 points dont un me tient à cœur :

    – Le Kindle ne va t’il pas dans le sens de la convergence demandée par tous ? Pourquoi le livre devrait il être une exception ?

    – Le Kindle peut s’avérer fort utile, pensez au poids des cartables qui s’allègent par exemple.

    – Avez vous une idée du prix du stockage d’un livre à Paris au prix du mètre carré ? Moi oui et autant vous dire que la culture coûte chère !

  3. Hervé, oui, vous avez raison. Nous ne disons pas que KINDLE est à chier, nous pensons simplement que le livre papier a encore de beaux jours devant lui; et nous préférons rassurer les alarmistes qui font le parallèle avec la chute spectaculaire du marché du CD vs l’explosion des plateformes de téléchargement légal.

    Le CD avait un format physique unique. Le livre a des formats multiples. KINDLE sera parfait pour lire un roman, un essai, un livre 100% texte… Thats’all !

  4. Je suis tout à fait favorable, comme vous d’ailleurs à la diffusion de KINDLE. Et je propose d’ailleurs de commencer celle ci en faisant tout de suite parvenir un modèle chez Cynthiachoupi77, avec une édition électronique du Bescherelle section Grammaire, et l’intégrale des dictées de Bernard Pivot. Parce que … c’est trop « lol » vous comprenez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *