Mickey tout un week end avec 9 écrivains

« Les princes charmants, ca n’existe que dans le contes de fées …. réveilles toi ma fille. » Triste phrase mais au combien réelle en ce début de siècle, celui du désenchantement. « Plus tard je serai une princesse, comme Paris Hilton ».

Voila tout le problème de la machine à rêve Disney: continuer de faire rêver avec des histoires un peu désuète dans lesquelles on ne croit plus, comme le disait Téléphone dans les 80″le prince charmant à foutu le quand avec la belle au bois dormant ».

Difficile dans ces conditions de croire encore aux belles promesses d’un avenir radieux. Mais heureusement la marketing et la pub sont, nous avons créer le storytelling. Sous cette appellation il faut bien comprendre raconter des histoires. Quel paradoxe, alors que les consommateurs sont de plus en plus informés, révoltés et comparateurs, ils n’ont jamais autant demandé à être dépaysés. Qu’a cela ne tienne. Les maitres en la matières est bien sur le domaine du luxe qui nous entraine régulièrement dans des univers onirique en utilisant soit la publicité narrative soit l’archétype pour nous raconter un joli conte.

Comment faire lorsque ces contes délavés font partie de votre ADN comme Disney ? Il y a alors peut être une autre manière de raconter ces histoires. Excellente initiative de Disney puisque un livre vient de paraitre aux éditions Flammarions: neuf auteurs au pays de Disney. Ce livre est un regroupement de 9 nouvelles rédigées par 9 écrivains en vogue qui ont tous passés un week-end chez la souris. Chacun raconte donc ce moment avec son point de vue: Ariel Kenig se livre à un bel exercice d’équilibre et de “raccordement” dans le RER, Thomas Lélu réinvente un abédédaire Disney (attention pas de Q et encore moins de X dans ce monde là), Tania de Montaigne enrobe sa prose élégante  d’un voile de tristesse et David Abiker parle au cœur des hommes de cinquante ans  avec son  ”Daddy Fantasy Tour!”  De son côté, Pierre Stasse nous plonge dans un monde étrange, dans une atmosphère onirique…

Du réel, du style, ancré dans une réalité qui est bien la notre mais avec cette touche de magie, de poésie qui fait que l’on a envie d’y croire.

Cette approche est une réelle innovation dans la quête de la création de contenu par les marques puisque ce livre est le premier qui soit officiellement commandé par une marque. L’art se rapproche tout doucement de la publicité à moins que cela ne soit l’inverse ?

Alors, soit on se laisse prendre au jeux, et on repart un peu en enfance, soit on se dit que les marques sont vraiment prêt à tout, les artistes y compris.

One comment on “Mickey tout un week end avec 9 écrivains”

  1. « Toutes les grandes personnes ont d’abord été des enfants, mais peu d’entre elles s’en souviennent »
    Antoine de Saint Exupery

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *